Interview Max Daivy




Plaisirs & Découvertes :

Bonjour Max,

Tout d'abord un petit mot d'explication de ma part : nous avons déménagé depuis peu, sommes venus habiter à Dottignies et je vois dans notre quartier une voiture avec la publicité pour un magicien : "Max Daivy". Je me renseigne un peu, visite le site (dont nous parlerons plus tard) et me rends compte du sérieux et du professionnalisme .... c'est pourquoi nous t'accordons cette interview.
Alors pour planter le décor qui est Max Daivy ?


Max Daivy :

Max Daivy, c’est moi. 
Un jeune magicien belge de 28 ans qui souhaite dépoussiérer la magie, trop souvent perçue comme ringarde ou désuète. 

Finis les souliers vernis, les queues-de-pie, les gants blancs et les chapeaux hauts-de-forme.
Place aux Converse ®, aux capuches, aux manches relevées et aux montres branchées. 
Je mêle les vannes à une magie moderne, efficace et interactive. Ou l’inverse ! 
D’ailleurs, ce n’est pas pour rien si Google dit de moi qu’entre humour et magie, Max « dévie »

Vouloir dépoussiérer la magie est une chose mais il y a probablement une grande partie du public qui aime justement la "magie habituelle", as-tu pensé à cette catégorie de personnes en leur offrant des choses plus ou moins connues ou leur imposes-tu ton genre ? 

Je pense que chacun s’y retrouve dans mon spectacle. 
Mon style est jeune et branché, mais certains de mes effets (de mes tours) restent volontairement classiques. 
En fait, j’aime ressortir de vieux tours mis en scène et présentés d’une façon nouvelle, parfois même façon one-man-show. 
Le personnage, les musiques et l’éclairage offrent donc une cure de jouvence à ce que tu nommes la « magie habituelle ». 

On ressent que la magie a une place importante dans ta vie, une vraie passion. Y a-t-il un événement particulier qui a déclenché cette dite passion ou es-tu "tombé" dans la magie étant petit ?

C’est une longue histoire. 
Loin d’être l’Obélix de la magie, je dois cela à mes parents, à l’origine de ma passion pour cet art.  
Lors d’une fête, ils ont invité un magicien pour amuser la famille. J’avais sept ans et le magicien au moins 8 fois plus. 
J’en suis resté bouche bée avec la ferme intention d’apprendre à mon tour à réaliser de tels miracles. 
Pour mes huit ans, je reçois (comme presque chaque bambin) la fameuse boite magique remplie de secrets et d’accessoires. Vous savez, celle qui finit bien vite au grenier… 
Pas évident de comprendre les tours, de les réaliser mais je ne lâche rien ! 
Chaque occasion est bonne pour présenter un petit spectacle à mes proches : en famille, entre amis, en vacances et même dans la cour de récré du Sacré Coeur. 
Récompensé par quelques pièces, j’achète de nouveaux tours, je répète et je présente d’autres petits numéros, encore et encore…
A 14 ans, ma grand-mère m’informe qu’un concours de magie pour ados (suivi d’un spectacle) se déroulera au Mont-de-l’enclus tout prochainement. 
Je m’arrange pour m’y rendre en visiteur (trop tard pour m’y inscrire) et je tombe littéralement sous le charme en voyant des jeunes de mon âge déjà très doués.
Décidé d’être à leur place l’année suivante, je m’en vais voir le magicien-organisateur pour savoir comment m’y prendre. 
Le Professeur Dumbledore me propose une date et m’invite (avec mes parents) à venir lui faire une démonstration de mon coffret « Mickey » et de mes quelques tours grand public. 
Séduit par mon bagout, mon cran et ma dextérité, il me propose d'entrer dans son club de magie, dans le Nord de l’hexagone. 
Et là, tout a commencé. 
J’y rencontre des pros, je participe à des réunions, des conférences, je loue des bouquins réservés aux grands,…
J’infiltre même les boutiques réservées aux professionnels afin de me construire un nouveau répertoire. 
Travail, passion et répétitions acharnées sont les secrets de ce métier. 
Deux ans plus tard, j’étais sur cette même scène, près d’Amougies. 
Je me présente également au concours des « jeunes talents » organisé par la ville de Mouscron. 
J’en ressors primé avec l’occasion de me produire dans une grande salle
Un véritable tremplin pour me faire connaître et commencer à travailler. 
Depuis que je suis atteint par ce virus, plus rien ne m’arrête ! 

Primé aux "jeunes talents" de Mouscron est bien évidemment une chose importante mais ce "tremplin" t'as ouvert de nombreuses portes....j'ai même entendu parler du Festival du rire de Montréal .... tu nous en dis un peu plus ... ?​

Il y a deux ans, après mes études de commerce à Louvain-la-Neuve, je décide de partir tenter ma chance à Montréal pendant un an
(PVT = Permis Vacances Travail) tandis que ma femme y termine ses études en Criminologie. 

J’y décroche rapidement le job de Coordinateur Marketing, en renfort aux préparatifs du plus gros festival d’humour au monde. 
Lors d’un 5 à 7, (NDLR : de 17 à 19h, les québécois ont pour habitude de prendre un verre entre collègues sur leur lieu de travail, une fois par mois, durant l’été) je décide de faire monter l’ambiance en réalisant quelques tours. 
Rapidement, tous les yeux se rivent sur moi et on me suggère de rencontrer la Directrice de Production des Arts de la rue. 
Cette dernière me reçoit quelques jours après pour une démo. 
Séduite, elle décide de me faire endosser le costume vert du célèbre transformiste Arturo Brachetti et elle me propose deux heures de close-up (magie de proximité) chaque soir du festival, soit environ 15 jours. 
Employé la journée, artiste le soir, je donnais le meilleur de moi-même pour le meilleur et pour le rire ! 

28 ans et déjà un joli parcours....mais la magie, je suppose, c'est en permanence du travail, du travail et encore du travail.... Sans dévoiler les secrets bien sûr, tu nous expliques un peu la naissance d'un tour de magie jusqu'au moment où tu te sens prêt à le présenter sur scène ? Je pense que les tours s'achètent, ou du moins la base du tour de magie, mais ensuite comment cela se passe-t-il ?

Ok, je t’explique. 
Pour bien commencer, il est important d’apprendre les bases de la manipulation dans le ou les domaines qui t’intéressent : balles, cordes, pièces, cartes, foulards, mentalisme…
Ceci est d’ailleurs vrai dans chaque métier. 
Pour apprendre ces notions, il existe des professeurs ou quelques rares écoles (Poudlard, tu connais ?), des conférences,…mais ceci peut être vite onéreux. 
La meilleure façon consiste selon moi à se procurer des livres ou des DVD's en boutiques de magie spécialisées.  
Internet regorge également de sources mais on y trouve de tout. 
Les boutiques te proposeront également des accessoires de qualité pour te permettre de bien démarrer. 
Tu comprends ? Comment veux-tu apprendre la manipulation des cordes si tu n’as chez toi que de la vulgaire ficelle ? 
Une fois ces techniques maîtrisées, tu vas pouvoir construire ta propre routine. Autrement dit, un enchaînement de techniques (apparition, disparition, transformation, changement de couleur,…) à répéter jusqu’à ce que le résultat soit bluffant. 
Pour vérifier cela, je me filme après avoir lâché mon miroir.
Une fois ceci au point, tu grefferas ensuite ton style, ton texte, ta mise en scène, ta musique, tes vannes, ton costume, ta lumière,
​ta sensibilité,… bref, l’emballage qui vient embellir l’artiste.

Tu peaufines le tout afin d’être le plus naturel et le plus fluide possible. 
Ensuite, je teste cette routine en petit comité (le chien, la soeur, la mamie,...) afin de voir les réactions et de récolter quelques critiques (bonnes ou mauvaises). 
Par exemple : la corde rouge que tu utilises sur ton fond de scène bordeaux ne contraste pas bien, elle n’est pas facile à distinguer. 
Ou encore : tu as tendance à parler plus vite quand tu te tournes pour mettre secrètement le petit bout en poche, c’est suspect. 
Je tiens compte des critiques que j’estime pertinentes et je rectifie au besoin. 
Ensuite, j’insère cette routine avec cohérence dans mon numéro.
J’évalue son impact et son succès aux applaudissements et aux réactions du public et j’adapte au besoin les dernières petites choses qui ne vont pas.
Enfin, je rode ma routine au fil des années pour le plaisir des petits et des grands, après l’avoir répétée encore et encore. 

Tu parles cordes, pièces etc .... tu t'es spécialisé dans des matières bien précises non ? Si l'on parcourt ton site on se rend compte que tu fais de la magie de proximité, spectacle pour adultes, enfants mais aussi sculptures de ballons .... j'oublie quelque chose ?

En fait, j’ai commencé par apprendre les bases dans les différents domaines qui me plaisaient : cartes, balles,... 
Rapidement, mes préférences s’orientent vers ce qui me permet d’être différent.  
En effet, même si je présente aujourd’hui des numéros de balles et des tours de cartes, j’ai voulu me spécialiser dans la manipulation d’objets usuels ou d’éléments du quotidien : serviette, kiwi, bague, élastique, lumière, briquet, clé USB,…
Une nouvelle fois, ça me permet de montrer aux gens que la magie ne se résume pas à des tours de cartes. 
Afin de séduire tous les âges et de répondre à un maximum de demandes, je propose effectivement quatre formules : magie de proximité, magie de salon (pour des petits comités ou à domicile), magie de scène et sculptures sur ballons
Je mêle également des effets d’une discipline très en vogue qu’est le mentalisme (lectures de pensées, prédictions et divinations) dans mes spectacles pour adultes. 
La grande illusion (lévitation, femme coupée en deux,…) est une branche de la magie que je ne pratique pas car ma dernière partenaire cherche encore ses jambes. Blague à part, c’est une discipline qui demande une équipe fiable et solide alors que j’ai fait le choix de tout exercer en solo, soutenu par ma femme.
Par contre, elle et moi sommes friands de transmissions de pensées et un nouveau numéro de ce genre pourrait naître dans les mois à venir. 
Mais chuuuut ! 

Quand nous regardons ton site, nous allons enfin le citer : www.maxdaivy.com, on peut voir que de nombreuses institutions connues t'on fait confiance (Rotary, Lions Club, Onem et bien d'autres ....), un jeune magicien mouscronnois qui s'est déjà fait une belle place ..... comment se passe l'entente avec les autres magiciens professionnels du fait que toi, jeune dans la profession, tu as déjà un c.v. bien chargé en expériences .... 

Sans jouer aux Bisounours, je crois que, comme pour beaucoup de professions, il y a de la place pour tout le monde. 
Il y a finalement peu de magiciens « professionnels » (j'entends, qui exercent leur art contre rémunération ailleurs que dans leur cercle privé) pour un marché très très grand. 
Les clients et les endroits où l’on est engagé peuvent être multiples : sur un bateau de croisière, pour les entreprises, à domicile, dans les écoles,…
On peut donc travailler librement, sans se marcher dessus. 
D’autant que chaque magicien a son style, son univers et répond à un certain type de demande. 
Il est facile de comprendre qu’un magicien gothique trouvera difficilement sa place dans un goûter pour enfants ! 
L’important est d’exercer son art dignement, de respecter ses confrères et d’avoir un tarif adapté au marché. 
Après, chacun s’ouvre les portes qu’il souhaite afin d’avoir de belles références et de beaux souvenirs. 

J'ai appris ta rencontre avec David Copperfield, rencontre avec ton mentor ou pas ?

Moment inoubliable et magique, certainement. 
Mon mentor, non.
En effet, Copperfield est le Maître incontesté dans un domaine que je n’exerce pas : les grandes illusions. 
C’est comme si un chanteur de variétés françaises rencontrait le plus grand rappeur américain. 
Je le considère donc plus (+) comme une star, une légende dans l’histoire de la magie et une référence dans son domaine. 
J’ai beaucoup de respect pour cet artiste de 58 ans qui monte sur scène près de 15 fois/semaine et qui remplit sa salle depuis plusieurs décennies à Las Vegas. 
Ce qu’il fait est grandiose et je suis ravi d’avoir rencontré ce Grand Monsieur.
J’ai d’ailleurs immortalisé ce moment en photo. 
Va voir sur ma page Facebook (www.facebook.com/maxdaivy), on dirait une poupée de cire. Même la photo semble une illusion. 
Pourtant, crois-moi, c’est bien le vrai ! 

Tu as quand même un "Maître à penser" ou pas ?

Oui, bien sûr. 
Je m’inspire de quelques grands noms dans mon domaine. 
Ils sont bien entendu moins connus du grand public que Copperfield.
Je parle de : D. Stone, S. Mirouf, F. Da Silva, E. Pradier, C. Vaquera, E. Antoine, G. Bloom,… 
J’aime leur créativité ou leur façon de percevoir et de présenter la magie. 
Je m’imprègne de leurs idées, de leurs effets ou de leur style et je mixe le tout à la sauce Max Daivy. 

Dans cette interview on ressent ton peps et ta joie de vivre ...cela donne envie de découvrir, justement, cette "sauce Max Daivy". Comment peut-on être tenu informé de tes futures prestations ? Est-ce possible de s'inscrire sur une newsletter, dans une base de données .... ? 

Pour tout te dire, je fais pas mal de représentations privées : pour des particuliers, des entreprises, des associations, des écoles,…
Les spectacles ouverts au grand public sont plus occasionnels. 
Il faut pour cela que je sois programmé dans un Festival, par un Centre Culturel ou par un Comité. 
Pour informer mes « fans » ou ceux qui désirent me suivre, me découvrir ou m’applaudir, je les invite à visiter régulièrement mon site (rubrique « actus ») ou à liker ma page Facebook. 
D’ailleurs, ma page étant publique, il ne faut même pas être membre de Facebook pour pouvoir la consulter. 
J’y publie régulièrement mes rencontres, mes délires mais surtout, mes dates de show. 
La newsletter serait une bonne idée mais pour ne pas « spammer » mes abonnés, je devrai trouver un moyen de cibler mes envois selon la région où je preste. 
Facebook permet aux gens de faire le tri sans encombrer leur boite mail. 

Tu peux compter sur "Plaisirs & Découvertes" pour faire connaître à ses membres et publier sur ce site tes spectacles "grand public".
Par contre quelle est la marche à suivre pour une personne qui souhaiterait te produire dans une fête de famille, pour un événement spécial, pour une société .... bref quelqu'un qui a envie de sortir de l'organisation banale et de faire découvrir ce magicien "pas comme les autres" qu'est Max Daivy ?

Merci de faire ma promo sur ton site. Je veux vraiment que cette découverte soit un plaisir pour le public qui viendra me voir.  
Pour faire appel à mes services, la démarche habituelle consiste à me contacter, par email ou par téléphone. 
Ensemble, nous parlons du projet, des attentes, du budget afin de trouver la formule qui correspondra le mieux à l’événement.
Il m’arrive d’ailleurs souvent de personnaliser le show. 

Je réponds à tout, même aux demandes les plus folles.
Je me rappelle avoir été embauché pour présenter des consignes de sécurité avant une comédie musicale de façon drôle et magique.
​Tu sais, le discours indispensable du pompier : ne pas fumer,  indiquer les sorties de secours,…

J’ai aussi été invité aux 18 ans d’une ado pour trouver une façon magique de lui offrir son cadeau : une voiture ! 
Si pour une raison ou une autre, je ne peux répondre à la demande, j’oriente très souvent l’organisateur(trice) vers d’autres pistes.

C'est ici que se clôture notre interview .... oserais-je dire magique ! Je te remercie d'avoir accepté d'y participer.
Petit souhait pour terminer : ta signature c'est le signe "chuuuuut" avec le doigt sur la bouche, tu m'accordes un "p'tit selfie souvenir" pour terminer cet entretien ?


Merci d’avoir partagé ma passion et mon univers à tous ceux qui nous liront.

Au plaisir de vous rencontrer et de faire de votre événement un souvenir magique !

Voici donc les informations importantes concernant Max Daivy :

- Site internet :
www.maxdaivy.com

- Facebook : facebook/maxdaivy

- Mail : info@maxdaivy.com       - Tél : +32 473 74 76 99